Actualités
12/09/11 Parution dans La Montagne de la Chronique des difficultés de la langue française
02/09/11 Exposition : Alexandre Vialatte, un adolescent chimérique
23/08/11 François Beaune : Du mariage, du veuvage et de la gendarmerie
23/08/11 Michèle Lesbre : L'insaisissable, mélancolique et farouche beauté de Vialatte
22/08/11 A partir du 29 août, BFM de Limoges : hommage à Vialatte
18/08/11 Pascal Sigoda : Vialatte à la Revue Rhénane
08/07/11 Hommage à Philippe Kaeppelin (1918-2011)

Jean Dutourd, de l’Académie française : Une des oeuvres les plus singulière de notre temps

362 vues | 14.03.11 | 16:48

 (…) J’ai connu Vialatte pendant plus de vingt ans. A part le prix Veillon pour Les Fruits du Congo, le pauvre n’a pas eu grand-chose dans son exis­tence en fait de récompenses ou d’aubaines. Au contraire, toujours à tirer le diable par la queue, essayant de grappiller quelques sous avec des besognes, habitant trois pièces envahies de paperasses qui donnaient sur la prison de la Santé. Plein d’humour et de gaieté avec cela, comme les vrais grands hommes, conjurant le tragique de la vie en regardant les événements sous l’angle le plus cocasse. Je puis certifier qu’il n’a jamais manqué d’amis ni de fanatiques. Ceux-ci étaient quelquefois en mesure de lui rendre service et ne s’en faisaient pas faute.
Aucun d’eux ne s’est détourné de lui quand il est mort. Ils se sont tous retrouvés autour de sa tombe, avec cette tristesse tendre, presque joyeuse, parce qu’elle se nourrit d’une foule de souvenirs heureux. Ce qui est charmant avec les artistes, c’est non seulement qu’ils ne vieillissent pas — Vialatte, à soixante-dix ans, était imprévu et drôle comme un jeune homme — mais encore qu’ils ne meurent pas. La personne physique de Vialatte n’est plus parmi nous, mais son esprit et son coeur, si fidèlement reproduits dans ses livres, ses lettres, ses chroniques, la moindre ligne tombée de sa plume, nous parlent le même tangage qui nous ravissait naguère.
Je ne sais combien d’années l’oeuvre de Vialatte mettra pour prendre sa vraie place dans la littérature française du XX° siècle. Peut-être dix ans, peut-être plus. Ce dont je suis certain, en revanche, c’est qu’une oeuvre aimée et servie avec tant de ferveur désintéressée ne risque pas de dispa­raître. Elle chemine comme une rivière souterraine. Un jour elle émergera. Alors on s’apercevra que c’est une des oeuvres les plus singulières et les plus attachantes de notre temps. Et la petite troupe des Amis de Vialatte pourra constater avec satisfaction que son grand homme était vraiment digne de tous les dévouements.

 



CITATION
Alexandre Vialatte
TEXTE DU MOIS
MOTS-CLES
GALERIE PHOTO
 
Alexandre Vialatte assis sur un banc Personnage à son bureau A Barbizon avec les Besson Les Fruits du Congo Rinaldi  Angelo Correspondance Vialatte-Dubuffet La-Licorne Tête d'Alexandre Vialatte Alexandre Vialatte Alexandre et Hélène Vialatte Couverture de l'édition des Chroniques Bestiaire de Philippe Kaeppelin Illustration dimanche du pieton Ambert
GALERIE VIDEO
TELECHARGEMENT
Télécharger l'affiche
de l'Année Vialatte 2011
 Page d'accueil Haut de page