Actualités
29/06/15 Correspondance H. Pourrat/A. Vialatte : La traversée des années noires
30/04/15 Prix Alexandre-Vialatte : revue de presse
29/04/15 Le Temps : Jacques A. Bertrand détaille avec malice l’étrangeté de toutes « choses »
29/04/15 Mag'Centre : « Les choses » en disent plus qu’il n’y paraît
29/04/15 le-PAYS.fr : Le Prix Vialatte 2015 attribué à Jacques A. Bertrand
28/04/15 Le Parisien : De bien jolies choses
24/04/15 France 5 : La Grande Librairie reçoit Jacques A. Betrand, lauréat du Prix Vialatte

Remo Forlani : L’invité du dimanche (31 août 1969).

| 14.03.11 | 16:43

Rémo Forlani, fut la voix du cinéma sur RTL pendant plus de 50 ans.  « Une encyclopédie vivante » dira de lui Philippe Labro. Propos auquel Gilles Jacob apportera cette précision : « Il avait fini par ressembler à ses chats: un léger coup de griffe, un frottement affectueux et confiant ». Des chats auxquels il a consacré de nombreux livres.
Rémo Forlani était aussi écrivain (La Déglingue, roman autobiographique – Denoël 1995/Gallimard 1996), dramaturge, réalisateur et scénariste (Toute la mémoire du monde, d’Alain Resnais (1956), Tintin et le Mystère de la Toison d’or« (1961), La Bande à Bonnot (1969) , etc).

En 1969, il rencontre Alexandre Vialatte, à l’occasion de la fameuse émission L’invité du dimanche, du 31 août, réalisée par Guy Seligmann. Un évènement qu’il relatera ainsi :

(…) Un jour, Pierre-André Boutang chercha un guignol ayant lu (…) pour jouer les «Monsieur Loyal» auprès de lui lors d’un Invité du dimanche. Je fus ce guignol lettré. Grâce à quoi j’ai rencontré Vialatte

Un monsieur âgé, coiffé d’un petit chapeau pas joli, un petit chapeau un rien ridicule même, un monsieur souriant qui nous reçut dans un appartement déprimant à souhait et plein de caisses en carton ayant contenu des jus de fruits et des sardines, et bourrées de coupures de presse et de manuscrits. Et le monsieur âgé était surpris, ravi et gêné que la Télévision ait songé à lui pour occuper le même fauteuil que des gens aussi importants que Johnny Hallyday ou Michèle Morgan. Il me remercia d’avance (et très vivement) de bien vouloir le chaperonner devant les caméras, il me fit jurer que je parlerai tout le temps, que je serai drôle pour deux; etc, etc…Une fois le « direct » commencé, Vialatte fut, bien sûr, éblouissant, et je n’eus ( Dieu merci !) rien à faire et rien à dire. Vialatte dit une foule de choses passionnantes sur l’Auvergne, la pluie et le beau temps, la jeunesse, il égrena un chapelet de (faux et hilarants) proverbes bantous, il évoqua toutes ces merveilles de la vie qu’il décrivait si bien dans ses Chroniques, il fit allusion à son oeuvre et à ses « fans » avec infiniment de pudeur et d’humour…

Bref, un one-man-show splendide. Vialatte réussit même à voler la vedette à Moustaki qui, ce dimanche-là, créa Le métèque en direct devant Vialatte qui l’écouta comme un maître d’école écoute un gamin mal peigné contestant à la guitare pendant la récré. En souriant. Et Vialatte est parti et Le métèque est devenu un tube et Vialatte n’est toujours lu que par ses happy fews et c’est ainsi qu’Allah est grand !

De tous les personnages que j’ai cornaqués devant les caméras de Boutang, Vialatte fut le plus humble avant l’émission et le plus éblouis sant pendant (…).
(Remo Forlani. In Entretiens, Editions Subervie, 1976)




CITATION
Alexandre Vialatte
TEXTE DU MOIS
MOTS-CLES
GALERIE VIDEO
TELECHARGEMENT
Télécharger l'affiche
de l'Année Vialatte 2011
 Page d'accueil Haut de page