Actualités
04/01/15 Est-ce ainsi que l'Auvergne est grande ?
17/12/14 Femme Actuelle : Alexandre Vialatte, un abécédaire
06/12/14 Les Prix avant le Prix (un historique)
03/12/14 Prix Vialatte 2015, conseils de lecture
16/11/14 Eva Bester, Vialatte comme Remède à la mélancolie
16/11/14 L'Abécédaire salué
04/11/14 Vialatte et l'homme de Novembre par Gavin's Clemente Ruiz
Vous êtes ici : Page d'accueil  > 

Eric Chevillard blogueur et blagueur

A la date du 4 avril, on pouvait lire sur le blog d’Eric Chevillard, lauréat du Prix Vialatte 2014 :

La dotation du prix Alexandre Vialatte est de 6.105 euros, soit la hauteur du Puy de Dôme et la longueur du fleuve Congo cumulées. Il se trouve que je suis cette année le lauréat de ce prix.

Je me suis évidemment empressé de faire remarquer à mes généreux mécènes lors de la cérémonie de remise que la légende d’un Vialatte Auvergnat était aujourd’hui sérieusement sujette à caution. Que des sources nouvelles situent plutôt sa naissance dans l’Himalaya, au pied du mont Everest (8.848 euros d’altitude). Quant aux Fruits du Congo, tous les exégètes savent aujourd’hui qu’il s’agissait d’un simple titre de travail et que le roman devait finalement s’intituler Les Fruits de l’Amazone (6.800 euros de long).

Regrettables approximations, donc, mais j’ai eu le grand plaisir d’échanger quelques mots avec Pierre Vialatte, fils d’Alexandre, et j’ai pu aussi exprimer ma sincère gratitude envers tous les membres du jury, c’est l’essentiel.



LivresHebdo – 3 avril 2014

Marion Quinti : Le Prix Vialatte 2014  à Eric Chevillard

Eric Chevillard Prix Vialatte 2014

Eric Chevillard, est le lauréat du Prix Vialatte 2014 pour l’ensemble de son oeuvre et plus particulièrement ses trois livres récents : Le désordre Azerty (Minuit), Péloponnèse (Fata Morgana), L’Autofictif en vie sous les décombres (L’Arbre vengeur).
Le jury a salué en lui un écrivain « remarquable pour ses qualités stylistiques, son humour et son audace formelle ». Et, de plus, proche de Vialatte par bien des points. Comme lui polyvalent, romancier, chroniqueur, journaliste (il tient un rubrique au
Monde des livres depuis août 2011) et blogueur, une activité à laquelle, certains des jurés n’en démordent pas, Vialatte se serait livré intensément.

Recevant son Prix, Eric Chevillard s’est dit « très sensible à cette marque d’estime », ajoutant « Les prix littéraires n’ont de valeur que s’ils sont décernés par des jurys indépendants, me semble-t-il, dont les membres sont renouvelés régulièrement, ce qui est le cas de celui-ci ».
Puis il a rendu hommage à Alexandre Vialatte, « L’écrivain par excellence. Jamais il n’écrit platement. Tout ce qu’il touche reçoit son empreinte. Son œuvre est comme une grande leçon de choses féerique et son humour une manière poétique de voir et d’appréhender le monde. Tout est recréé à neuf, éclairé d’une lumière nouvelle et, en même temps, Vialatte a l’art de révéler l’essence des choses, leur vérité profonde, ce pour quoi elles sont, comme il le dit de l’éléphant, irréfutables ».

Puis, il a osé cette suggestion et l’a reprise sur son blog :

La dotation du prix Alexandre Vialatte est de 6.105 euros, soit la hauteur du Puy de Dôme et la longueur du fleuve Congo cumulées. Il se trouve que je suis cette année le lauréat de ce prix.
Je me suis évidemment empressé de faire remarquer à mes généreux mécènes lors de la cérémonie de remise que la légende d’un Vialatte Auvergnat était aujourd’hui sérieusement sujette à caution. Que des sources nouvelles situent plutôt sa naissance dans l’Himalaya, au pied du mont Everest (8.848 euros d’altitude). Quant aux Fruits du Congo, tous les exégètes savent aujourd’hui qu’il s’agissait d’un simple titre de travail et que le roman devait finalement s’intituler Les Fruits de l’Amazone (6.800 euros de long).
Regrettables approximations, donc, mais j’ai eu le grand plaisir d’échanger quelques mots avec Pierre Vialatte, fils d’Alexandre, et j’ai pu aussi exprimer ma sincère gratitude envers tous les membres du jury, c’est l’essentiel.

La dernière sélection comprenait également :
Lola Lafon : La petite communiste qui ne souriait jamais (Actes sud), Céline Minard : Faillir être flingué (Rivages), Yves Ravey : La Fille de mon meilleur ami (Minuit).

Eric Chevillard et Jean-Baptiste Harang (Le Magazine Litteraire)
Jean-Baptiste Harang, Marie Nimier, Emily Barnett, François Taillandier, Mazarine Pingeot (jurés) et Eric Chevillard
Jean-Baptiste Harang, Edith Caillard, Présidente du Groupe La Montagne/Centrefrance, et Eric Chevillard
Irène Lindon, Directrice des Editions de Minuit

Libération : Eric Chevillard du côté de Vialatte

Libération : Eric Chevillard du côté de Vialatte

Prix à un « inclassable » (Groupe Centrefrance)

Groupe Centrefrance : Prix à un « inclassable », par Daniel Martin

Éric Chevillard, un lauréat très vialattien (photos)

Groupe Centrefrance : Eric Chevillard, un lauréat très vialattien


Le prix Vialatte 2014 à Eric Chevillard (Livres Hebdo)

LivresHebdo.fr : Le Prix Vialatte 2014 à Eric Chevillard, par Marion Quinti

Myboox.fr : Eric Chevillard reçoit le Prix Vialatte 2014

Eric Chevillard reçoit le Prix Vialatte




CITATION
Alexandre Vialatte
TEXTE DU MOIS
MOTS-CLES
GALERIE PHOTO
 
Lettre de Jean Dubuffet A Barbizon avec les Besson Alexandre Vialatte en 1929 Alexandre Vialatte devant l'entrée de La Montagne Alexandre Vialatte La famille Vialatte Alexandre Vialatte Dessins sur Napoléon Pierre et Alexandre à Bellac, en Août 1902 Bestiaire de Philippe Kaeppelin alexandre-vialatte_8898462 IMA0011-240x300
GALERIE VIDEO
TELECHARGEMENT
Télécharger l'affiche
de l'Année Vialatte 2011
 Page d'accueil Haut de page