Actualités
10/07/13 Contre Plongées : Les lectures sont passées du jardin à la salle et les mots aussi
10/07/13 Théâtre : Résumons-nous, dans le cadre des Escales Clermontoises
09/07/13 François Marthouret lit Le Chameau extrait du Bestiaire de Vialatte
25/06/13 Emmanuelle Bayamack-Tam est dans L'Express
18/06/13 Maurice Nadeau (1911-2013) : témoignage sur Alexandre Vialatte
21/05/13 Le Causeur : Pierre Desproges adorait Alexandre Vialatte
20/05/13 Emmanuelle Bayamack-Tam, doublé !

Ferny Besson (1906-1999).

Alexandre Vialatte et Ferny Besson se sont rencontrés à Paris, après-guerre. Ils sont restés liés d’une amitié dont témoigne leur Correspondance (J.C. Lattès). Un document exceptionnel dans lequel Vialatte apparaît tel qu’on le connaît peu : harrassé de travail, toujours inquiet, souffrant, incertain et insatisfait.Lire la suite

Biographie détaillée

  • Pierre, son frère, et Alexandre Vialatte en 1910

    1901 : Naissance à Magnac-Laval (Haute-Vienne). Son père est capitaine.

  • 1901-1913 : La famille Vialatte séjourne à Toulouse (Haute-Garonne) puis au Puy-en-Velay (Haute-loire).
  • 1915 : Le capitaine Michel Vialatte est prématurément mis en retraite pour raison de santé. La famille Vialatte s’installe à Ambert. Rencontre Paul et Henri Pourrat.
  • 1916 : Interne au lycée Notre-Dame-de-Mont-Roland à Dôle (Jura).
  • 1917 : Début de sa correspondance avec Henri Pourrat.
  • 1918 : Obtient la baccalauréat (mathématiques). Entre à l’école Sainte-Geneviève de Versailles.
  • Alexandre Vialatte
  • 1919 : Un accident à l’œil met un terme à ses rêves d’École Navale. S’installe à Clermont-Ferrand. Fait des études d’allemand. Obtient un poste de répétiteur à Thiers.
  • 1921 : Quitte le collège de Thiers. Obtient un poste de répétiteur à Ambert. Lecture du manuscrit de Gaspard des Montagnes.
  • 1922 : Part pour la Rhénanie comme « traducteur civil dans les bureaux militaires ». Séjourne à Spire puis à Mayence. Devient collaborateur de la revue rhénane Rheinische Blätter.
  • 1923 : Mort de Paul Pourrat.
  • Alexandre Vialatte, premier en partant de la gauche

    1924-1925 : Service militaire à Berlin.

  • 1925 : Découvre les écrits de Franz Kafka
  • 1928 : S’installe à Firminy (Loire). Parution de Battling le ténébreux (Gallimard).
  • 1929 : Épouse Hélène Gros-Croissy. S’installe à Clermont-Ferrand, rue Thomas. Parution de La Métamorphose de Franz Kafka (Gallimard)
  • 1930 : Naissance de son fils Pierre-Daniel.
  • 1933 : Traduit Le Procès et Le Château. Lauréat de la fondation Blumenthal pour Battling le Ténébreux.
    De gauche à droite Henri Pourrat, Alexandre Vialatte, la soeur d'Alexandre Vialatte.

    Collabore au Petit Dauphinois et au Moniteur sous le pseudonyme de François Jeudi et au Nouvel Âge sous son propre nom.

  • 1934 : S’installe à Paris, rue de Broca (XIIIe).
  • 1936 : Parution de La Basse Auvergne (J. de Gigord/Collection Gens et Pays de Chez Nous).
  • 1937 : Parution de Badonce et les Créatures, Le Concerto Européen, Cromwel et l’Enfant des Tropiques (Éditions de la Cigale). Part enseigner le français au lycée franco-égyptien d’Héliopolis au Caire.
  • Alexandre Vialatte, en compagnie de sa femme et de son fils.

    1939 : Retour en France. Incorporation. Collabore au Petit Dauphinois.

  • 1940 : Prisonnier. Puis malade, il est interné à l’hôpital de Saint-Ylie près de Dôle.
  • 1941. S’installe à Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme).
  • 1942 : Rédaction du Fidèle Berger.
  • Alexandre Vialatte

    1944 : Retour à Paris. Part en Allemagne comme correspondant de guerre.

  • 1946 : Parution de L’Amérique de Franz Kafka. Adaptation du Procès pour le théâtre (André Gide/Compagnie Renaud-Barrault).
  • 1948 : Rencontre Ferny Besson. Parution de La Colonie Pénitentiaire de Franz Kafka.
  • 1951 : Parution des Fruits du Congo chez Gallimard. Collabore à la revue Opéra. Apparition de la formule « Et c’est ainsi qu’Allah est grand ».
    Alexandre Vialatte, lors du Prix Goncourt

    En décembre, premières chroniques à Marie-Claire et à La Montagne. Finaliste du Prix Goncourt qui sera décerné à Julien Gracq qui le refusera.

  • 1958 : Obtient le Prix des Volcans pour l’ensemble de son œuvre. Fait partie du jury du Prix des Volcans .
  • 1959 : Mort d’Henri Pourrat.
  • 1962 : Premières chroniques à Spectacle du Monde.
  • 1966 : Fin de sa collaboration à Marie-Claire.
  • Alexandre Vialatte

    1968 : Parution des Fruits du Congo en livre de poche.

  • 1969 : « Invité du Dimanche » à la télévision, interviewé par Rémo Forlani.
  • 1971 : Meurt le 3 mai. Parution de Battling le Ténébreux en livre de poche.

Angélo Rinaldi, de l’Académie française.

Né en Corse, Angelo Rinaldi a mené une double carrière de romancier et de critique littéraire, l’un des plus écoutés, des plus redoutés de son temps.
Il a travaillé pour L’Express, Le Nouvel Observateur, Le Point et Le Figaro, avant de prendre sa retraite en 2005. Il détestait Marguerite Duras, Philippe Djian, Houellebecq et Angot. Mais il a permis de redécouvrir Jane Rhys, Italo Svevo ou Fritz Zorn… Et Alexandre Vialatte, dont il fut un fervent défenseur, comme en témoigne ce texte, repris dans un recueil publié en 1999, Dans un état critique (Les empêcheurs de tourner en rond/La découverte). Lire la suite




CITATION
Alexandre Vialatte
TEXTE DU MOIS
MOTS-CLES
GALERIE PHOTO
 
Autocaricature d'Alexandre Vialatte Vialatte avec Ferny Besson et Franz Hellens Alexandre Vialatte correspondant de guerre Lettres à Maricou Bestiaire de Philippe Kaeppelin Dessin de Chaval Revue Le Gai Sçavoir Curriculum Vitae Dessins sur Napoléon Portraits d'Alexandre Vialatte Alexandre Vialatte et son fils Pierre alexandre-vialatte_8898461_0
GALERIE VIDEO
TELECHARGEMENT
Télécharger l'affiche
de l'Année Vialatte 2011
 Page d'accueil Haut de page