Actualités
28/07/11 6 août : Histoire des choses humaines, chroniques de Vialatte, par Jean-François Béal
28/07/11 7 août : hommage à Alexandre Vialatte à Champs-sur-Tarentaine
08/07/11 Hommage à Philippe Kaeppelin (1918-2011)
08/07/11 Vialatte et Kaeppelin
21/06/11 Bertrand de Saint Vincent : Alexandre le Grand
21/06/11 Biographie, qui est Alexandre-Vialatte ? par Pierre Jourde
15/06/11 Le Prix du Livre Inter 2011 attribué à Olivia Rosenthal.

Vialatte et la postérité

En 1969, Vialatte participe à L’invité du dimanche, sa première émission de télévision. Il se dit « notoirement méconnu ». Après sa mort, Subervie publie très vite des Entretiens (1976), mais il faut attendre 1981 et la publication d’Alexandre ou la complainte d’un enfant frivole (J.C. Lattès), la biographie de son amie Ferny Besson, pour qu’on le redécouvre.

Ensuite, paraîtront de nombreux volumes : ses chroniques, sa correspondance, ses romans inédits et des essais ou études sur son œuvre ou lui.

Le cercle des amateurs ne cesse de grandir depuis.

Pour l’anecdote : en 1951, Les fruits du Congo (Gallimard) a de chauds partisans au Goncourt, dont Francis Carco. Il figure sur la dernière sélection, mais  finalement, Julien Gracq l’emporte avec Le rivage des Syrtes (J. Corti) et le refuse. Comme il l’avait annoncé.

Biographie détaillée

  • Pierre, son frère, et Alexandre Vialatte en 1910

    1901 : Naissance à Magnac-Laval (Haute-Vienne). Son père est capitaine.

  • 1901-1913 : La famille Vialatte séjourne à Toulouse (Haute-Garonne) puis au Puy-en-Velay (Haute-loire).
  • 1915 : Le capitaine Michel Vialatte est prématurément mis en retraite pour raison de santé. La famille Vialatte s’installe à Ambert. Rencontre Paul et Henri Pourrat.
  • 1916 : Interne au lycée Notre-Dame-de-Mont-Roland à Dôle (Jura).
  • 1917 : Début de sa correspondance avec Henri Pourrat.
  • 1918 : Obtient la baccalauréat (mathématiques). Entre à l’école Sainte-Geneviève de Versailles.
  • Alexandre Vialatte
  • 1919 : Un accident à l’œil met un terme à ses rêves d’École Navale. S’installe à Clermont-Ferrand. Fait des études d’allemand. Obtient un poste de répétiteur à Thiers.
  • 1921 : Quitte le collège de Thiers. Obtient un poste de répétiteur à Ambert. Lecture du manuscrit de Gaspard des Montagnes.
  • 1922 : Part pour la Rhénanie comme « traducteur civil dans les bureaux militaires ». Séjourne à Spire puis à Mayence. Devient collaborateur de la revue rhénane Rheinische Blätter.
  • 1923 : Mort de Paul Pourrat.
  • Alexandre Vialatte, premier en partant de la gauche

    1924-1925 : Service militaire à Berlin.

  • 1925 : Découvre les écrits de Franz Kafka
  • 1928 : S’installe à Firminy (Loire). Parution de Battling le ténébreux (Gallimard).
  • 1929 : Épouse Hélène Gros-Croissy. S’installe à Clermont-Ferrand, rue Thomas. Parution de La Métamorphose de Franz Kafka (Gallimard)
  • 1930 : Naissance de son fils Pierre-Daniel.
  • 1933 : Traduit Le Procès et Le Château. Lauréat de la fondation Blumenthal pour Battling le Ténébreux.
    De gauche à droite Henri Pourrat, Alexandre Vialatte, la soeur d'Alexandre Vialatte.

    Collabore au Petit Dauphinois et au Moniteur sous le pseudonyme de François Jeudi et au Nouvel Âge sous son propre nom.

  • 1934 : S’installe à Paris, rue de Broca (XIIIe).
  • 1936 : Parution de La Basse Auvergne (J. de Gigord/Collection Gens et Pays de Chez Nous).
  • 1937 : Parution de Badonce et les Créatures, Le Concerto Européen, Cromwel et l’Enfant des Tropiques (Éditions de la Cigale). Part enseigner le français au lycée franco-égyptien d’Héliopolis au Caire.
  • Alexandre Vialatte, en compagnie de sa femme et de son fils.

    1939 : Retour en France. Incorporation. Collabore au Petit Dauphinois.

  • 1940 : Prisonnier. Puis malade, il est interné à l’hôpital de Saint-Ylie près de Dôle.
  • 1941. S’installe à Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme).
  • 1942 : Rédaction du Fidèle Berger.
  • Alexandre Vialatte

    1944 : Retour à Paris. Part en Allemagne comme correspondant de guerre.

  • 1946 : Parution de L’Amérique de Franz Kafka. Adaptation du Procès pour le théâtre (André Gide/Compagnie Renaud-Barrault).
  • 1948 : Rencontre Ferny Besson. Parution de La Colonie Pénitentiaire de Franz Kafka.
  • 1951 : Parution des Fruits du Congo chez Gallimard. Collabore à la revue Opéra. Apparition de la formule « Et c’est ainsi qu’Allah est grand ».
    Alexandre Vialatte, lors du Prix Goncourt

    En décembre, premières chroniques à Marie-Claire et à La Montagne. Finaliste du Prix Goncourt qui sera décerné à Julien Gracq qui le refusera.

  • 1958 : Obtient le Prix des Volcans pour l’ensemble de son œuvre. Fait partie du jury du Prix des Volcans .
  • 1959 : Mort d’Henri Pourrat.
  • 1962 : Premières chroniques à Spectacle du Monde.
  • 1966 : Fin de sa collaboration à Marie-Claire.
  • Alexandre Vialatte

    1968 : Parution des Fruits du Congo en livre de poche.

  • 1969 : « Invité du Dimanche » à la télévision, interviewé par Rémo Forlani.
  • 1971 : Meurt le 3 mai. Parution de Battling le Ténébreux en livre de poche.



CITATION
Alexandre Vialatte
TEXTE DU MOIS
MOTS-CLES
GALERIE PHOTO
 
Marie Hélène Lafon Alexandre et Hélène Vialatte Alexandre Vialatte en 1929 Signatures Alexandre, Pierre et Hélène Vialatte Table de travail alexandre-vialatte_8898462 Dédicace du Fidèle Berger Photo BL Chroniques Carnet d'adresses Amélie Nothomb
GALERIE VIDEO
TELECHARGEMENT
Télécharger l'affiche
de l'Année Vialatte 2011
 Page d'accueil Haut de page