Actualités
04/01/15 Est-ce ainsi que l'Auvergne est grande ?
17/12/14 Femme Actuelle : Alexandre Vialatte, un abécédaire
06/12/14 Les Prix avant le Prix (un historique)
03/12/14 Prix Vialatte 2015, conseils de lecture
16/11/14 Eva Bester, Vialatte comme Remède à la mélancolie
16/11/14 L'Abécédaire salué
04/11/14 Vialatte et l'homme de Novembre par Gavin's Clemente Ruiz

Vient de paraître : Correspondance Vialatte-Pourrat (Tome VI/1939-1942)

Outre l’ensemble de l’oeuvre de Vialatte, déjà publiée ou re-publiée auprès de plusieurs éditeurs (voir Bibliographie), vous trouverez ci-dessous les dernières parutions relatives à Alexandre Vialatte.

  • Parutions récentes :

  • Alexandre Vialatte et les Cahiers du Sud. (Décembre 2012). Correspondance entre Jean Ballard et Alexandre Vialatte.
    Au Signe de la Licorne. Préface d’Alain Schaffner. Avant-propos de Pétrus Batselier.170 pages. 25 euros.
  • Correspondance Alexandre Vialatte/Henri Pourrat, Tome VI : Les temps noirs 1939-1942 (3 janvier 2012/Presses universitaires Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand). Edition établie par Dany Hadjadj, professeur émérite de linguistique à l’Université Blaise-Pascal.

  • Vialatte à La Montagne (20 octobre 2011). Une coédition Julliard/Centre-France, regroupant les 13 chroniques rééditées par le Groupe, cette année, et une brassée d’autres, parrainées par de fervents vialattiens : Amèlie Nothomb,Laurence Cossé, Bertrand de Saint-Vincent,Pierre Jourde, François Taillandier, etc.
    Préface de Jean-Pierre Caillard, PdG du groupe Centrefrance.Lire la suite

Alain-Jacques Lacot : Vialatte, de Pourrat à Paris.

Alain-Jacques Lacot, éditeur. Lire la suite

L’amitié

Cette chronique a été publiée dans La Montagne le 24 juillet 1959

Alexandre Vialatte y exprime sa tristesse en apprenant la mort de son grand ami Henri Pourrat. Son ainé de 15 ans, l’auteur de Gaspard des Montagnes et du Trésor des Contes aura été toute sa vie une sorte de tuteur littéraire autant qu’un ami pour Alexandre Vialatte.

Vialatte accorde à l’amitié une importance considérable. Elle va à des sculpteurs et peintres comme Philippe Kaeppelin ou Jean Dubuffet, à des écrivains comme Michel Chrestien, André Billy, Jean Anglade ou Jean Dutourd. Lire la suite

L’Auvergne de Vialatte

Pour illustrer l’Auvergne de Vialatte, deux types de textes. Ceux extraits de L’Auvergne (Editions Sun) et d’autre consacrés à Henri Pourrat.

Textes extraits de L’Auvergne – Éditions Sun 1962

Origine._ (…) J’ai appris à sept ans que j’étais un mammifère, autour de huit ans que j’étais un Auvergnat. Ce sont des choses dont on se sent flatté, un peu gêné, un peu inquiet, vaguement honteux. On se demande si les autres aussi sont mammifères ou Auvergnats. Et s’ils le savent.Lire la suite

Biographie détaillée

  • Pierre, son frère, et Alexandre Vialatte en 1910

    1901 : Naissance à Magnac-Laval (Haute-Vienne). Son père est capitaine.

  • 1901-1913 : La famille Vialatte séjourne à Toulouse (Haute-Garonne) puis au Puy-en-Velay (Haute-loire).
  • 1915 : Le capitaine Michel Vialatte est prématurément mis en retraite pour raison de santé. La famille Vialatte s’installe à Ambert. Rencontre Paul et Henri Pourrat.
  • 1916 : Interne au lycée Notre-Dame-de-Mont-Roland à Dôle (Jura).
  • 1917 : Début de sa correspondance avec Henri Pourrat.
  • 1918 : Obtient la baccalauréat (mathématiques). Entre à l’école Sainte-Geneviève de Versailles.
  • Alexandre Vialatte
  • 1919 : Un accident à l’œil met un terme à ses rêves d’École Navale. S’installe à Clermont-Ferrand. Fait des études d’allemand. Obtient un poste de répétiteur à Thiers.
  • 1921 : Quitte le collège de Thiers. Obtient un poste de répétiteur à Ambert. Lecture du manuscrit de Gaspard des Montagnes.
  • 1922 : Part pour la Rhénanie comme « traducteur civil dans les bureaux militaires ». Séjourne à Spire puis à Mayence. Devient collaborateur de la revue rhénane Rheinische Blätter.
  • 1923 : Mort de Paul Pourrat.
  • Alexandre Vialatte, premier en partant de la gauche

    1924-1925 : Service militaire à Berlin.

  • 1925 : Découvre les écrits de Franz Kafka
  • 1928 : S’installe à Firminy (Loire). Parution de Battling le ténébreux (Gallimard).
  • 1929 : Épouse Hélène Gros-Croissy. S’installe à Clermont-Ferrand, rue Thomas. Parution de La Métamorphose de Franz Kafka (Gallimard)
  • 1930 : Naissance de son fils Pierre-Daniel.
  • 1933 : Traduit Le Procès et Le Château. Lauréat de la fondation Blumenthal pour Battling le Ténébreux.
    De gauche à droite Henri Pourrat, Alexandre Vialatte, la soeur d'Alexandre Vialatte.

    Collabore au Petit Dauphinois et au Moniteur sous le pseudonyme de François Jeudi et au Nouvel Âge sous son propre nom.

  • 1934 : S’installe à Paris, rue de Broca (XIIIe).
  • 1936 : Parution de La Basse Auvergne (J. de Gigord/Collection Gens et Pays de Chez Nous).
  • 1937 : Parution de Badonce et les Créatures, Le Concerto Européen, Cromwel et l’Enfant des Tropiques (Éditions de la Cigale). Part enseigner le français au lycée franco-égyptien d’Héliopolis au Caire.
  • Alexandre Vialatte, en compagnie de sa femme et de son fils.

    1939 : Retour en France. Incorporation. Collabore au Petit Dauphinois.

  • 1940 : Prisonnier. Puis malade, il est interné à l’hôpital de Saint-Ylie près de Dôle.
  • 1941. S’installe à Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme).
  • 1942 : Rédaction du Fidèle Berger.
  • Alexandre Vialatte

    1944 : Retour à Paris. Part en Allemagne comme correspondant de guerre.

  • 1946 : Parution de L’Amérique de Franz Kafka. Adaptation du Procès pour le théâtre (André Gide/Compagnie Renaud-Barrault).
  • 1948 : Rencontre Ferny Besson. Parution de La Colonie Pénitentiaire de Franz Kafka.
  • 1951 : Parution des Fruits du Congo chez Gallimard. Collabore à la revue Opéra. Apparition de la formule « Et c’est ainsi qu’Allah est grand ».
    Alexandre Vialatte, lors du Prix Goncourt

    En décembre, premières chroniques à Marie-Claire et à La Montagne. Finaliste du Prix Goncourt qui sera décerné à Julien Gracq qui le refusera.

  • 1958 : Obtient le Prix des Volcans pour l’ensemble de son œuvre. Fait partie du jury du Prix des Volcans .
  • 1959 : Mort d’Henri Pourrat.
  • 1962 : Premières chroniques à Spectacle du Monde.
  • 1966 : Fin de sa collaboration à Marie-Claire.
  • Alexandre Vialatte

    1968 : Parution des Fruits du Congo en livre de poche.

  • 1969 : « Invité du Dimanche » à la télévision, interviewé par Rémo Forlani.
  • 1971 : Meurt le 3 mai. Parution de Battling le Ténébreux en livre de poche.

Libération – décembre 2000

Jean-Pierre Thibaudat. Bouquet de Vialatte.  (…) Dix-huit ans durant, chaque semaine, Vialatte ramasse son temps à la petite cuillère et en fait des berlingots. Il a ses marottes comme l’écrevisse, le poireau, la grammaire française où ; l’Auvergne ; des personnages qu’il aime récurer comme Minou Drouet ou Brigitte Bardot ; des écrivains qu’il chérit comme Armand Gatti, Jean Dutourd et d’abord Henri Pourrat ; des amis de toujours comme le peintre Jean Dubuffet et le dessinateur Chaval dont il ne rate aucune exposition. Lire la suite

Henri Pourrat (1887-1959).

C’est en arrivant à Ambert (Puy-de-Dôme) qu’Alexandre Vialatte rencontre les frères Pourrat. D’abord Paul, le plus jeune, avec lequel il se lie d’une amitié telle qu’il lui dédicacera Battling le ténébreux, sept ans après sa mort. Henri jouera pour lui le rôle du grand frère, celui qui guide et qui conseille, mais aussi celui auquel on rêve d’échapper et que l’on raille avec plaisir. Mais Celui qui l’introduira chez Gallimard par l’intermédiaire de Jean Paulhan.Lire la suite




CITATION
Alexandre Vialatte
TEXTE DU MOIS
MOTS-CLES
GALERIE PHOTO
 
Alexandre Vialatte en 1939 François Beaune Les Fruits du Congo Carte de presse d'Alexandre Vialatte Affiche Alexandre Vialatte Alexandre Vialatte en 1929 Jury du Prix des Volcans-en-1960 IMA0011-240x300 Alexandre Vialatte et son fils Pierre Autocaricature d'Alexandre Vialatte Couverture de l'édition des Chroniques Mon Kafka
GALERIE VIDEO
TELECHARGEMENT
Télécharger l'affiche
de l'Année Vialatte 2011
 Page d'accueil Haut de page